Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

declin d'eclats

Installations d'art contemporain , Anne Poivilliers


For Fari Fatum

Publié par declin-d-eclats sur 2 Août 2017, 09:21am

For Fari Fatum

Cette sphère, cette spirale, peut-être ce vortex, est une accumulation de cicatrices. Chaque calque est une cicatrice.Dans cet espace de recueillement, toutes ces cicatrices se sont accumulées, compressées, amassées. C’est un moment d’équilibre, d’attente. 

Après, soit cet équilibre va demeurer tel quel, soit il va se défaire, ouvrir à un chaos total. On ne sait pas.

 

Toutes les cicatrices de notre temps, guerres, conflits, toutes ces meurtrissures se concentrent là, dans  une spirale, ou plutôt, car il n’y a pas de mouvement et d’avancée dans la spirale, là c’est désordonné, tout mélangé, comme les corps à Pompéi. Cette figure sphérique, c’est en même temps une figure celeste, comme une planète, un astre, c’est une peu rond pour être stable, mais ici c’est une sphère pas achevée, pas finie.

 

Techniquement, ce qui a été le plus prenant pour moi, cela a été de trouver l’équilibre de cet état instable. Tout est tellement lié que chaque tension créée pouvait risquer de déstabiliser tout. J’ai dû travailler avec le souffle, pour trouver comment cette figure pouvait se poser, se reposer, sans trop de déséquilibre.

 

 

J’ai installé ce chaos dans ce lieu qui est quand même un lieu d’apaisement, où la transformation va se faire, ou ne pas se faire. For Fari fatum, dans ce titre énigmatique, on y reconnait bien sûr le destin Fatum et for, fari, ce sont  deux temps différents du même verbe qui signifie chanter ou dire l’oracle. C’est un peu prophétiser. L’oracle se dit, s’exprime, crie, chante le destin. C’est chanter l’oracle, comme les moines chantaient leurs psaumes. Comme une prière païenne, une prière perdue, qui correspond aussi à notre période de violence, de perplexité, de choix extrêmes… Ca répond à tout ce qui n’a pu être assimilé, ce qui n’a pu être cicatrisé. Il y a des moments charnières comme ça dans l’histoire d’une civilisation où tout peut basculer. En espérant que cela ne va pas basculer, mais rester en place, tenir en place malgré tout.

 

C’est pourquoi c’est enfin un chant plastique, physique. J’ai voulu donner une dimension artistique à la célébration de l’oracle. Comme les vibrations d’un chant. C’est un travail sur les vibrations que j’ai voulu faire, c’est la matérialisation d’une vibration acoustique. C’est un psaume chanté. Le chant seul compte, il n’y a pas  réellement de propos, de sens à y trouver.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents